LES MISSIONS

Prévention des inondations

Le risque d’inondation

Le bassin versant de la Bruche et de la Mossig est vulnérable à trois phénomènes d’inondations :

  • Les débordements de cours d’eau
  • Les remontées de nappe
  • Le ruissellement

Inondations par débordements de cours d’eau

Lors de fortes précipitations et/ou de la fonte des neiges, les cours d’eau peuvent déborder. Ce phénomène naturel, appelé « crue », est bénéfique pour le fonctionnement des écosystèmes aquatiques et pour le rechargement de la nappe phréatique.

Lorsque ces débordements impactent des habitations ou des infrastructures, ils sont alors appelés inondations. Les inondations peuvent mettre en danger des vies humaines et générer d’importants dommages. Des impacts directs peuvent également ralentir l’activité du territoire : coupure d’électricité, perturbation de l’alimentation en eau potable, routes barrées, interruption des transports, etc.

Les crues de la Bruche ont engendré plusieurs épisodes d’inondations majeures par le passé : en janvier 1910, en décembre 1919 et janvier 1920, en janvier 1955, en avril et mai 1983 et en février 1990.

Sur le bassin versant de la Bruche, environ 20% de la population vit dans une zone inondable par la Bruche ou la Mossig. En aval du bassin versant, en raison de la forte concentration d’habitations et d’activités économiques en zone inondable, plusieurs communes de l’agglomération strasbourgeoise ont été reconnues comme « Territoire à risque important d’inondations (TRI) »

Remontées de nappe

Sous la plaine d’Alsace, la nappe phréatique rhénane constitue une importe réserve d’eau souterraine, d’environ 35 milliards de m3 s’étendant sur 3200 km².

Les variations de niveau de la nappe peuvent générer des inondations par remontée de nappe. L’eau envahit alors les caves, garages, parkings souterrains, tunnels, etc. Les inondations par remontées de nappe peuvent durer plusieurs jours, voire semaine, avant que le niveau de la nappe s’abaisse.

Au sein du bassin versant de la Bruche et de la Mossig, ce phénomène concerne principalement la partie aval située en plaine, entre Molsheim et Strasbourg.

Ruissellement

Lors de fortes précipitations, l’eau s’écoule sur le bassin versant vers les cours d’eau et points bas. Les eaux de ruissellement peuvent entrainer des inondations. Lorsque les eaux qui ruissellent se chargent de terres sur des sols agricoles nus, elles peuvent former des coulées d’eaux boueuses. Ces phénomènes apparaissent principalement lors d’orages printaniers avec des pluies intenses. Lorsque les phénomènes de ruissellement et de débordement de cours d’eau sont combinés, les dommages peuvent être très importants : au printemps 2016, les communes de Wasselonne et Romanswiller ont subies des inondations exceptionnelles.

Programme d’actions de prévention
des inondations (PAPI)

Les 7 axes du PAPI

 

Qu’est-ce qu’un PAPI ?

Le Programme d’actions de prévention des inondations est un dispositif qui vise à réduire les conséquences dommageables des inondations sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement. Il est mis en œuvre à l’échelle d’un bassin de risque.

Cet outil de contractualisation entre l’État et les collectivités permet de fédérer les acteurs d’un territoire autour d’une politique globale de prévention des inondations; Afin de prendre en compte tous les aspects de la prévention, les actions se déclinent selon 7 axes de travail, définit par le cahier des charges national encadrant le dispositif PAPI.

PAPI Bruche Mossig

Le bassin versant de la Bruche et de la Mossig étant particulièrement vulnérable aux inondations, un programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) va être conduit sur ce territoire. Conformément au cahier des charges national, la première étape est le programme d’études préalable (PEP) pour une durée de 2 à 3 ans.

Cette phase préparatoire permet de mieux connaitre le risque inondation et de définir les actions de prévention les plus adaptées à ce risque.

L’objectif est de construire un projet partagé et accepté par tous pour devenir plus résilients face aux inondations. Les solutions recherchées reposent sur la sensibilisation participative, la préparation à la gestion de crise et le rétablissement des zones naturelles d’expansion des crues. Ces solutions prendront en compte la préservation des milieux aquatiques

L’élaboration et la mise en œuvre du PEP PAPI Bruche Mossig s’effectuent en concertation avec les acteurs institutionnels du territoire. 

Le contenu du PEP PAPI proposé par le Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig a été validé par la Préfecture en mai 2022. Cette validation marque le démarrage du programme d’actions.

1
2
3
?
5
6
?

 

Le PEP Bruche Mossig comprend 21 actions répondant aux 5 premiers axes de la prévention des inondations. L’axe 1 est particulièrement développé en raison du volume d’études visant à apporter les connaissances nécessaires pour l’élaboration du futur PAPI complet.

Le montant total du PEP Bruche Mossig est de 2 700 000€. L’État finance le projet à hauteur de 50% par le Fonds de Prévention des Risques Naturel Majeurs (FPRNM) aussi appelé Fonds Barnier. L’Agence de l’Eau Rhin Meuse et la Région Grand Est apportent également un soutien financier.

 

Qu’est-ce qu’un PAPI ?

Le Programme d’actions de prévention des inondations est un dispositif qui vise à réduire les conséquences dommageables des inondations sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement. Il est mis en œuvre à l’échelle d’un bassin de risque;

Cet outil de contractualisation entre l’État et les collectivités permet de fédérer les acteurs d’un territoire autour d’une politique globale de prévention des inondations; Afin de prendre en compte tous les aspects de la prévention, les actions se déclinent selon 7 axes de travail, définit par le cahier des charges national encadrant le dispositif PAPI.

PAPI Bruche Mossig

Le bassin versant de la Bruche et de la Mossig étant particulièrement vulnérable aux inondations, un programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) va être conduit sur ce territoire. Conformément au cahier des charges national, une première phase dite « d’intention » aura pour objectif principal d’améliorer la connaissance des risques d’inondation et de proposer des solutions adaptées aux enjeux du territoire;

Le PAPI d’intention Bruche Mossig est en cours d’élaboration, en concertation avec les acteurs institutionnels du territoire. Le Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig constitue le dossier demande de labellisation qui sera ensuite instruit et valider par les services de l’État. Le PAPI Bruche Mossig est élaboré pour répondre aux objectifs et dispositions de la stratégie locale de gestion des risques d’inondations (SLGRI) Bruche Mossig Ill Rhin.

Les 7 axes du PAPI

 

Amélioration de la connaissance et de la conscience du risque

Prévision des crues et surveillance des inondations

Alerte et gestion de crise

Prise en compte du risque inondation dans l’urbanisme

Action de réduction de la vulnérabilité des personnes et des biens

Gestion des écoulements

Gestion des ouvrages de protection hydrauliques

 

Les actions du PAPI bénéficient d’une participation financière de l’État, par le Fonds de Prévention des Risques Naturel Majeurs (FPRNM) aussi appelé fonds Barnier. L’Agence de l’Eau Rhin Meuse et la Région Grand Est apportent également un soutien financier pour la mise en œuvre des PAPI.

Préservation des milieux aquatiques

Les rivières du bassin versant de la Bruche et de la Mossig ont subi de nombreuses modifications et dégradations liées aux activités humaines : modification de leur tracé, enrochement des berges, busage, pollutions, etc.

Les directives européennes et nationales fixent des objectifs pour atteindre un bon état écologique et chimique dans les rivières. L’atteinte du bon état des rivières nécessite la poursuite de la dépollution des rejets polluants mais également l’amélioration de l’état du lit et des berges des cours d’eau. En effet, le bon état écologique d’un cours d’eau est notamment caractérisé par la diversité d’espèces de faune et de flore qui y vivent et s’y reproduisent. Pour constituer un habitat favorable, le cours d’eau doit présenter un bon état physique : un lit sinueux et diversifié, des berges naturelles pourvues d’une végétation dense (appelée ripisylve).

Le Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig intervient ainsi pour la restauration et la préservation des milieux aquatiques avec un programme pluriannuel d’études et de travaux.

Ce programme a
pour objectifs :

  • De renaturer les cours d’eau qui ont été rectifiés, enrochés ou encore busés en permettant à la rivière de retrouver un fonctionnement naturel et leur mobilité, en rétablissant des berges naturelles et une ripisylve accueillante pour la faune rivulaire, en reconnectant les rivières à leur lit majeur ;
  • De rétablir la continuité écologique, c’est-à-dire le libre transit de la faune et des sédiments dans les cours d’eau ;
  • De mener des inventaires des zones humides existantes afin de mieux les préserver ; 
  • De limiter les effets dommageables des périodes de sécheresses et de forts étiages.

Rétablissement de la continuité écologique

La continuité écologique est définie par le libre transit des sédiments et de la faune dans les cours d’eau. Elle peut-être rompue par la présence d’obstacles divers (barrage, seuil, usine).

Une rupture de la continuité sédimentaire, provoque une modification des processus d’érosion/dépôt se traduisant par des phénomènes d’incision du lit pouvant déstabiliser des berges et des ouvrages. Un déficit de sédiment à charrier entraine la disparition de substrats favorables à la vie et à la reproduction des nombreuses espèces aquatiques. La circulation d’un débit solide permet à la rivière de maintenir un équilibre et des habitats naturels dynamiques.

Pour les poissons, la mobilité est nécessaire pour satisfaire aux besoins alimentaires et reproductifs. Pour certaines espèces, dites migratrices, la nécessité de libre circulation est même vitale. C’est le cas du saumon et de l’anguille, présents sur le bassin Bruche Mossig, qui vivent alternativement en eau douce et en mer. Dans le sens aval-amont, les difficultés de franchissement d’un obstacle limitent les possibilités de colonisation des espèces. Dans le sens amont-aval, le passage de certains ouvrages, surtout s’ils sont équipés d’une turbine, peut entraîner une mortalité.

Les enjeux de continuité sont importants sur le bassin versant : plus de 250 obstacles sont recensés sur la Bruche et la Mossig. Le Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig travaille en coordination avec les services de l’État en charge de la Police de l’Eau afin d’accompagner les propriétaires de ces ouvrages pour leur mise en conformité ou leur effacement.

 

Résilience aux étiages

Les cours d’eau et les eaux souterraines sont sollicités pour de nombreux usages (eau potable, industriels, agricoles ou domestiques). Le changement climatique entraine un réchauffement des eaux, un accroissement de l’évapotranspiration et une incertitude sur le régime futur et la saisonnalité des précipitations. Ces modifications accroissent la vulnérabilité de la ressource en eau sur le plan quantitatif et qualitatif. Des étés plus secs accroîtraient la concurrence entre les usages de l’eau et conduiraient à définir des prélèvements prioritaires afin d’éviter les assecs. La baisse du niveau d’eau renforcerait également les nuisances dues aux pollutions sur la qualité des cours d’eau en raison d’une moindre dilution et du renforcement des phénomènes biologiques (eutrophisation). Ces phénomènes risquent de perturber les écosystèmes aquatiques en favorisant de nouvelles communautés animales et végétales.

La prise en compte de ces risques permet d’ores et déjà d’animer la réflexion sur les usages et de préparer la résilience des milieux en recherchant une naturalité renforcée, favorisant les équilibres. Les milieux perturbés ou fortement anthropisés souffrirons davantage des évolutions.

 

 

 

Restauration ou renaturation des cours d’eau

La restauration des cours d’eau qui ont été rectifiés, enrochés ou encore busés consiste à leur redonner un aspect proche de leur état naturel d’origine afin de retrouver une faune et une flore diversifiées. Ces actions concernent les berges ainsi que le lit de la rivière. Outre leur rôle de réservoirs pour la biodiversité, les milieux aquatiques en bon état rendent naturellement de nombreux services gratuits tels que l’épuration des eaux et l’écrêtement des crues. Ils contribuent à la qualité de nos paysages.

Ainsi un cours d’eau en bon état se caractérise par des berges à la ripisylve dense, par la mobilité de son lit mineur créant des méandres et des habitats à la courantologie variée. L’espace de mobilité de la rivière connecte latéralement des milieux annexes en périodes de hautes eaux. En plus d’être une trame bleue permettant la continuité écologique, les cours d’eau sont des composantes essentielles de la trame verte nécessaire pour la circulation des espèces terrestres.

 

Préservation des zones humides

Les zones humides sont des milieux aquatiques annexes aux cours d’eau. En période de hautes eaux, elles peuvent être submergées. Elles jouent alors un rôle naturel d’écrêteur de crues en donnant à la rivière un espace de liberté lui permettant de s’étaler, réduisant ainsi les risques d’inondation à l’aval.

Leur capacité d’éponge permet de recharger les nappes phréatiques et de garder de l’eau en stock. En période d’étiage, elles peuvent rétribuer l’excédent aux rivières asséchées. Les zones humides sont également très riches en biodiversité.

Les zones humides subissent des dégradations, en raison de l’extension de l’urbanisation et de l’agriculture, des pollutions et des sécheresses. Pour les préserver, il est essentiel de les répertorier, de les identifier au sein des documents d’urbanisme et si possible d’obtenir la maitrise foncière.

 

 

CONSULTEZ LA NEWSLETTER DU BASSIN BRUCHE MOSSIG

Abonnez-vous à notre newsletter !

    Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’informations du Syndicat. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
    En savoir plus